Acheter une maison au japon : Envisager d’investir dans l’immobilier

Acheter une maison au japon : Envisager d’investir dans l’immobilier

Le Japon occupe le second rang sur le marché mondial. Cette situation résulte de sa force économique et de son développement dans toutes les sphères d’activité. Les investisseurs sont ainsi incités à faire un placement dans l’immobilier au Japon. Si vous souhaitez effectuer un achat immobilier au pays du soleil levant, vous devez vous renseigner sur la manière optimale d’acheter un bien et identifier les erreurs à éviter.

Comment acheter un bien immobilier au  Japon ?

Au Japon, le marché de l’immobilier est ouvert à tout le monde. Il n’y a aucune condition comme dans la plupart des pays asiatiques. Alors, voici la procédure à suivre pour obtenir un immobilier au Japon :

Pour obtenir des biens immobiliers dans le territoire japonais, il faut envoyer un courrier au vendeur japonais. Ce courrier doit contenir l’intention d’achat, le bien et le prix d’acquisition que l’on souhaite proposer. Il faut savoir qu’il y a une limite de validité envers cette lettre. Alors, il faut respecter la limite de validité pour pouvoir établir un contrat de vente. Quand le courrier est validé, le contrat pourrait être établi. Et lors de la signature du contrat, l’acheteur doit apporter 50% des frais de courtage, un timbre pour le courrier, un papier d’identité comme le passeport, un certificat de domicile et un certificat de sceau ou de signature.

Après, il est difficile de devenir un propriétaire de bien immobilier au Japon si on ne parle pas parfaitement la langue japonaise. On peut rencontrer cette difficulté pendant la négociation, notamment, lorsqu’il y a des termes techniques dans le domaine de l’immobilier. Mais l’existence des agences immobilières anglophones qui sont au Japon allège le problème. Ces agences peuvent donner satisfaction aux investisseurs étrangers.

Quels sont les points à vérifier avant d’investir dans l’immobilier japonais ?

Le Japon semble être un pays attractif sur le plan immobilier parce que ce pays contient des bâtiments de grande qualité. Et ici on parle des bâtiments d’occasion alors, il faut bien étudier l’âge de la construction du bâtiment. Certains investisseurs disent qu’on ne connaît jamais l’âge d’une infrastructure japonaise parce que ces infrastructures sont bien entretenues annuellement.

Mais malgré ça, il faut éviter de s’investir dans un vieux bâtiment. On doit connaître l’année de la construction de l’immobilier parce que les immobiliers japonais construits avant 1981 ne respectent pas la norme sur la résistance au tremblement de terre. Alors, l’investisseur doit faire attention pour ne pas avoir une perte causée par une catastrophe naturelle.

En outre, si la maison est vacante, l’évaluation de son état n’apporte aucun problème. On peut vérifier chaque pièce comme on le voudrait. Par contre, s’il y a des locataires au moment de l’achat, on ne peut pas entrer partout pour constater les erreurs à réparer. Donc, pour ce dernier, on a l’impression d’acheter un immobilier en attendant des mauvaises surprises. Après tout, on ne peut pas valoriser précisément le prix du bâtiment parce qu’on ne voit pas les détails dans chaque pièce. Cette situation doit être strictement évitée car en cas de dégât, les locataires peuvent quitter librement mais l’investisseur doit dépenser plus d’argent pour la réparation.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com